L’AMSLF VOLLEY EN LIGUE B !

News
L’AMSLF VOLLEY EN LIGUE B !

Publié il y a 2 mois par

L’AMSLF VOLLEY EN LIGUE B !

udi 21 juin, milieu de journée, petit coup de fil du président Éric Chassagnard, et cette officialisation attendue depuis quelques jours : « Oui, ça y est, nous sommes officiellement admis à évoluer en Ligue B la saison prochaine. »

S’il n’y avait pas beaucoup de suspense suite à la décision des instances dirigeantes de la Fédération française et de la Ligue nationale de volley-ball de porter les effectifs des deux ligues professionnelles de 24 à 26 clubs (14 en Ligue A, 12 en Ligue B) – ce qui induisait une accession de l’AMSLF sous forme de wild-card –, il convenait néanmoins d’attendre la décision de la CACCP (Commission d’aide et de contrôle des clubs professionnels), le fameux “gendarme financier“ qui valide – ou pas –, encadre – ou pas –, les situations financières et budgets prévisionnels des clubs engagés dans l’une des deux divisions.

Invitations pour Fréjus et Mende

Cette décision est donc tombée officiellement ce premier jour de l’été (voir communiqué officiel de la LNV), le club fréjusien en ayant toutefois été avisé dès la veille au soir.

« Concernant la LBM, pour les clubs prétendant à l’accession, la Commission a étudié les dossiers des clubs qualifiés sportivement (Martigues et Saint-Jean-d’Illac, respectivement 1er et 2e des play-off du dernier championnat Élite, Ndlr). Elle a également étudié les dossiers de Fréjus et de Mende (3e et 4e en Élite à l’issue des play-off, Ndlr), clubs qui s’étaient déclarés éligibles en début de saison et qui pouvaient être appelés à évoluer en Ligue B en cas de places laissées vacantes »… indique ainsi ce communiqué officiel.

Dans l’antichambre de la Ligue A – où ont été admis l’AS Cannes, 1er de LMB la saison passée, et Narbonne, 2e de LBM et bénéficiaire d’une wild-card au titre de cette refonte des championnats – Fréjus retrouvera l’an prochain Cambrai (3e de la LBM’ 2017-18), Saint-Nazaire (4e), Le Plessis Robinson (5e), Grand Nancy (6e), Avignon (7e), l’ASUL Lyon (8e) et Saint-Quentin (10e). À noter que le club de l’Aisne, sportivement relégué car 10e et dernier de la saison régulière, profite également de cette réforme, alors qu’Orange Nassau (9e) a fait le choix d’abandonner son statut professionnel. Les clubs en provenance d’Élite (Martigues, Illac et Mende) complètent ce riche plateau avec l’équipe de l’est-Var. Pas de CNVB – Centre national de volley-ball – comme il avait été évoqué un temps lorsque les premières rumeurs de refonte des championnats avaient été lancées voici de longues semaines déjà…

Sans le CNVB, mais avec Paris ?

Enfin, le Paris Volley est pour l’instant le 12e et dernier club de Ligue B, lui qui s’est vu signifier sa rétrogradation de LAM en LBM par la Commission, confirmant ainsi la décision prise en mars à titre conservatoire pour “rupture d’équité et communication d’informations (comptables) inexactes“. Le club de la capitale s’était même fait un temps exclure des play-off, avant de se voir admis à y prendre part par le CNOSF (Comité national olympique et sportif français).

Loin des tracas du club parisien, l’AMSLF savoure pour sa part son retour au sein du volley professionnel, quelque 25 années après les heures de gloire de l’époque Fabiani. Et c’est bien là l’essentiel.

Il suffit maintenant d’attendre encore une petite semaine pour connaître les contours de l’effectif amené à viser le maintien dans cette division l’an prochain, puisque c’est à l’occasion de l’assemblée générale le vendredi 29 juin que seront présentées les (pour l’instant) quatre recrues officielles de l’AMSLF, version 2018-2019 !

 

 


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter